Nutrition Préventive - Isio 4

Nutriments Oméga 3 ALA, oméga 3 d’origine marine, et mortalité dans une population à forte consommation de poissons

Oméga 3

ALA, oméga 3 d’origine marine, et mortalité dans une population à forte consommation de poissons

Chez des sujets à haut risque cardiovasculaire, l'ALA alimentaire est inversement corrélé à la mortalité toutes cause confondues tandis que les omega 3 à longue chaines sont les seul à réduire celle cardiovasculaire.

 

Les données épidémiologiques suggèrent que l’acide alpha-linolénique (ALA), un oméga 3 d’origine végétale, aurait un rôle cardioprotecteur. Une récente méta-analyse rapporte d’ailleurs que des apports élevés en acide alpha-linolénique sont associés à un risque plus faible de maladies cardiovasculaires et en particulier de maladies coronariennes mortelles. Cependant, on ne sait pas si ces bénéfices sont observables chez des sujets qui ont des apports adéquats en oméga 3 d’origine marine. Pour répondre à cette question, des chercheurs ont repris les données de PREDIMED, une étude d’intervention réalisée sur la population espagnole, grande consommatrice de poissons et fruits de mer. Elle porte sur 7202 sujets de 67 ans en moyenne et avec un risque cardiovasculaire élevé mais sans pathologie lors de l’inclusion. Les chercheurs ont évalué leurs consommations d’acide alpha-linolénique (huile de soja, huile de noix, margarine, huile de maïs, huile de tournesol, huile d'olive) et d’oméga 3 d’origine marine (poissons et fruits de mer) au départ de l’étude et les ont répartis dans un des trois groupes d’intervention nutritionnelle : (1) un régime méditerranéen avec 4 cuillères d’huile d’olive extra-vierge par jour (source d’ALA); (2) Un régime méditerranéen avec 30 g de noix/amandes/noisettes (sources d’ALA); et (3) Un groupe témoin avec des conseils de réduction de leurs apports en graisses. Après 6 années de suivi, les chercheurs ont examiné leur mortalité d’origine cardiovasculaire ainsi que celle toutes causes confondues.

 

Une baisse du risque de mortalité avec un apport adéquat en acide alpha-linolénique 
 

Les analyses des consommations alimentaires de base des participants révèlent que si 75 % d’entre eux atteignent les recommandations concernant les oméga 3 à longues chaines (500 mg/jour selon l’ISSFAL), en revanche, seuls 22.4 % consomment suffisamment d’acide alpha-linolénique (0.7% des apports énergétiques). Et les sujets qui atteignent les recommandations en acide alpha-linolénique sont ceux qui adhèrent le plus au régime méditerranéen et consomment plus de graisses totales et d’oméga 6. A l’issue des 6 ans de suivi, 431 décès, toutes causes confondues ont été signalés dont 104 d’origine cardiovasculaire (55 coronaropathies mortelles, 32 morts subites, 25 accidents vasculaires cérébraux mortels). Les sujets qui consomment au moins 500mg/jour d’EPA et de DHA réduisent de 52 % leur risque de mort subite, de 39 % leur risque de mourir d’une maladie cardiovasculaire et de 46 % leur risque de coronaropathie mortelle. Concernant l’acide alpha-linolénique, les sujets qui atteignent les recommandations (0.7% de l’apport énergétique) réduisent de 28 % leur risque de décès toutes causes confondues. Lorsque les groupes d’intervention nutritionnelle sont pris en compte, des deux régimes méditerranéens enrichis en acide alpha-linolénique, c’est celui avec l’huile d’olive qui semble plus efficace sur la réduction du risque de mortalité toutes causes (- 42 % versus - 30 %).
 

Acide alpha-linolénique et oméga 3 marins agiraient en synergie

 

Enfin, comparés à ceux qui n’atteignent aucune des deux recommandations, les sujets qui consomment suffisamment d’oméga 3 d’origine marine et d’acide alpha-linolénique réduisent de 38 % leur risque de mortalité toutes causes. Ces données démontrent bien le bénéfice d’une consommation d’acide alpha-linolénique sur la mortalité globale des sujets à haut risque cardiovasculaire. Et les bénéfices sont d’autant plus importants que les sujets ont des consommations adéquates en oméga 3 d’origine marine. Ceci suggère que les oméga 3 issus des végétaux et ceux d’origine marine agissent en synergie et sont partenaires plutôt que compétiteurs dans leur action sur la mortalité. 
 

Source : Dietary α-Linolenic Acid, Marine ω-3 Fatty Acids, and Mortality in a Population With High Fish Consumption: Findings From the PREvención con DIeta MEDiterránea (PREDIMED) Study. Sala-Vila A et coll. J Am Heart Assoc. 2016 Jan 26;5(1). pii: e002543. doi: 10.1161/JAHA.115.002543. Disponible sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26873691

AUTRE(S) ARTICLE(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE