Nutrition Préventive - Isio 4

Nutriments Vitamine D Définition et sources de vitamine D

Vitamine D

Définition et sources de vitamine D

Une partie de la vitamine D est synthétisée par notre organisme, l’autre partie est apportée par l’alimentation, même si peu d’aliments contiennent de la vitamine D.

 

Qu’est-ce que la vitamine D ?

 

Le terme vitamine D regroupe en fait un ensemble de substances liposolubles, dont l’ergocalciférol ou vitamine D2, et le cholécalciférol ou vitamine D3.

 

L'organisme les transforme en une forme active, le 1,25-dihydroxycholécalciférol, qu'on peut qualifier de « véritable » vitamine D dans la mesure où c'est la forme qu'il peut utiliser.

 

Quelles sont les sources de vitamine D ?

 

La vitamine D a deux origines : exogène mais aussi endogène, contrairement aux autres vitamines(1,2)

 
La synthèse endogène s’effectue dans l'épiderme, après exposition aux rayonnements ultraviolets B. Elle est réalisée à partir du 7-déhydrocholestérol présent dans les membranes des cellules du derme et de l'épiderme. L'énergie fournie par les rayons ultraviolets B permet sa transformation en pré-vitamine D3, elle-même rapidement convertie sous l'effet de la chaleur en vitamine D3, libérée dans la circulation. Une grande partie de la vitamine pré-D3 produite dans la peau est transformée en des composés non actifs, ce qui explique qu'il n'existe pas d'intoxication à la vitamine D d'origine cutanée.

 

Environ 2/3 de la vitamine D de l'organisme provient de l'exposition solaire(3). Elle est plus faible l'hiver, du fait de l'incidence des rayons solaires et de la plus faible quantité de rayons UV-B. Elle est maximum entre 10 h du matin et 3 h de l'après-midi. Environ 5 à 15 minutes d'exposition, sans crème solaire, de 20 % de la surface corporelle par jour  permettent une synthèse suffisante (de mai à septembre). Cette production endogène est moins importante chez les sujets ayant la peau noire et diminue avec l'âge. Cette synthèse est également réduite de plus de 90 % par les crèmes solaires qui présentent un index de protection supérieur ou égal à 15.

 

L'autre origine (exogène) de la vitamine D est alimentaire(3).  Environ 80 % de celle-ci est absorbée relativement lentement (environ 40 % sur 12 heures). Elle est présente soit sous la forme de vitamine D2 (ergocalciferol), produite essentiellement par les végétaux, soit vitamine D3 (cholecalciferol) d'origine animale. Elles sont liposolubles et relativement stables, notamment à la chaleur, au moins jusqu'à 40°C.

 

La quantité ingérée est exprimée en unité internationale (UI) à partir de leur activité antirachitique (1 mg de vitamine D3 = 40 000 UI = 2,6 μmol). La vitamine D provient plus particulièrement des poissons gras (foie de morue) et, en plus faible quantité, dans certaines viandes, abats, pâtés, œufs ou champignons. Elle est également présente en petite quantité naturellement dans le lait, jus d'orange, pain ou céréales, et en plus grande quantité quand ces aliments sont enrichis. Tableau des sources de vitamine D

 

L’EFSA recommande d’avoir un apport en vitamine D de 15 µg/jour pour un individu en bonne santé à partir d’un an (y compris femmes enceintes et allaitantes). Pour les nourrissons de 7 à 11 mois, l’apport recommandé est de 10 µg/jour. Ces valeurs sont fondées sur l’hypothèse d’une exposition minimale au soleil. (4)

 

Références :

(1)    Holick MF, Chen TC: Vitamin D deficiency: a worldwide problem with health consequences. Am J Clin Nutr 87:1080S-1086S, 2008.

(2)    Garabédian, M. Les besoins en vitamine D. 2008.

(3)    Martin, A. Apports nutritionnels conseillés pour la population française. 2001. Technique et Documentation

(4)    EFSA, « Vitamine D : L'EFSA définit des valeurs nutritionnelles de référence pour la vitamine D », 28/10/2016

AUTRE(S) ARTICLE(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE

Autres articles  

VIDÉO(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE Previous Next