Nutrition Préventive - Isio 4

Nutriments Vitamine D Statut en vitamine D, apports alimentaires et niveaux d’activité physique chez des adultes européens

Vitamine D

Statut en vitamine D, apports alimentaires et niveaux d’activité physique chez des adultes européens

Une analyse des participants du projet Food4Me a tenté d’évaluer les besoins alimentaires et l’activité physique requis pour maintenir un statut suffisant en vitamine D.

 

Depuis ces 15 dernières années, la vitamine D attire l’attention en raison de nouvelles découvertes sur ses effets extra-osseux, mais aussi parce que la carence en vitamine D est relativement répandue dans le monde. Face à la grande hétérogénéité des estimations du statut en vitamine D des populations, des chercheurs participant au projet Food4Me, ont évalué la prévalence de la déficience et de la carence en vitamine D dans 7 pays européens (Irlande, Pays-Bas, Grèce, Espagne, Royaume Uni, Pologne, Allemagne). L’idée était aussi d’explorer la relation entre ce statut en vitamine D et le style de vie et l’alimentation des sujets.

 

Au total, 1075 hommes et femmes ont participé à l’étude. Un questionnaire portant sur leurs habitudes alimentaires a permis d’estimer leurs apports en vitamine D (compléments alimentaires inclus). Des échantillons sanguins ont été prélevés pour estimer leur statut en vitamine D : carence (< 30 nmol/L), déficience (30-49,9 nmol/L) et suffisance (≥50 nmol/L)). Un accéléromètre utilisé durant 6 mois a évalué objectivement leur niveau d’activité physique.

 

30,6 % des participants présentent un déficit en vitamine D

 

La carence (25-OHD3 < 30 nmol/L) et la déficience (30-49,9 nmol/L) en vitamine D, étaient observées respectivement chez 3,3 et 30,6% des participants. La prévalence la plus élevée  de carence était rapportée au Royaume Uni (8,2%) et celle la plus faible aux Pays-Bas (1,1 % ; p<0,05). La prévalence de la déficience en vitamine D était plus élevée chez les femmes comparée à celle mesurée chez les hommes (36,6 % versus 22,6 %, p<0,001) et chez les sujets jeunes comparés à ceux plus âgés (36 versus 24,4 %, p<0,05). Elle était aussi plus fréquente durant les mois d’hiver comparés aux mois d’été (39,3 % versus 25 %, p<0,05).

 

Apports alimentaires et activité physique contribuent à un statut suffisant en vitamine D

 

Les participants dont les taux sériques en 25-OHD3 étaient suffisants (≥50 nmol/L) avaient des apports alimentaires en vitamine D plus élevés que ceux dont les taux sériques étaient insuffisants ou carencés. Concernant leur style de vie, ces sujets passaient moins de temps aux activités sédentaires, plus de temps à la lumière et s’engageaient davantage dans des activités physiques d’intensité modérée. Une association dose-réponse était même notée entre les taux sériques de 25-OHD3, les apports en vitamine D (alimentaires et sous forme de compléments) et le niveau d’activité physique. Si bien que des apports en vitamine D supérieurs à 5 µg/jour issus des aliments et supérieurs à 5 µg/jour provenant des compléments alimentaires, ainsi qu’un engagement de plus de 30 minutes d’activité physique modérée à vigoureuse par jour étaient associés à une probabilité plus élevée de maintenir des taux suffisants en vitamine D.

 

Les chercheurs concluent que la prévalence de la carence en vitamine D varie considérablement selon les adultes issus des 7 pays européens analysés. Des apports alimentaires supérieurs à 10 µg par jour (aliments et/ou compléments alimentaires) ainsi qu’une activité physique modérée à vigoureuse de plus de 30 minutes par jour sont le minimum requis pour atteindre un statut suffisant en vitamine D.

 

Source : Associations of vitamin D status with dietary intakes and physical activity levels among adults from seven European countries: the Food4Me study. Manios Y, Moschonis G, Lambrinou CP, Mavrogianni C, Tsirigoti L, Hoeller U, Roos FF, Bendik I, Eggersdorfer M, Celis-Morales C, Livingstone KM, Marsaux CF, Macready AL, Fallaize R, O'Donovan CB, Woolhead C, Forster H, Walsh MC, Navas-Carretero S, San-Cristobal R, Kolossa S, Hallmann J, Jarosz M, Surwiłło A, Traczyk I, Drevon CA, van Ommen B, Grimaldi K, Matthews JN, Daniel H, Martinez JA, Lovegrove JA, Gibney ER, Brennan L, Saris WH, Gibney M, Mathers JC; Food4Me Study. Eur J Nutr. 2017 Mar 13. doi: 10.1007/s00394-017-1415-1. http://link.springer.com/article/10.1007%2Fs00394-017-1415-1

AUTRE(S) ARTICLE(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE

Autres articles  

VIDÉO(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE Previous Next