Nutrition Préventive - Isio 4

Nutriments Vitamine D Vitamine D et composition corporelle des sujets âgés

Vitamine D

Vitamine D et composition corporelle des sujets âgés

Une équipe de chercheurs néerlandais a étudié la relation entre la composition corporelle, la distribution de la masse grasse et le statut en vitamine D chez le sujet âgé. Les scientifiques ont aussi évalué l’effet de l’âge, du sexe et de la présence d’une maladie cardio-métabolique sur le statut en vitamine D et sur la composition corporelle.

 

Pour cela, ils se sont appuyés sur les données de l’étude prospective de Rotterdam, démarrée en 1990. Les mesures des taux sériques en 25(OH) D de 3828 participants, âgés en moyenne de 70 ans, étaient effectuées lors de leur troisième visite de suivi (1997-1999) et leurs différents compartiments corporels étaient mesurés par DEXA lors de leur quatrième visite (2002-2004). Les données de 2158 participants étaient complètes et donc exploitables.

 

 

Les sujets carencés en vitamine D ont une masse grasse plus élevée

 

Parmi les participants, 19 % présentent un statut adéquat en vitamine D (25(OH) D ≥75nmol/L), 29 % un statut insuffisant (50-75 nmol/L) et 52 % une carence (<50 nmol/L). Les auteurs observent une relation inverse entre le statut en vitamine D et le pourcentage de masse grasse. Autrement dit, les sujets carencés présentent un pourcentage de masse grasse plus important (β=1.29 ; IC95% : 0.55, 2.04) que les sujets dont le statut en vitamine D est adéquat. Une augmentation de 10 nmol/l de 25(OH) D est associée à une réduction de 0.24 unités de pourcentage de masse grasse. Par ailleurs, des taux sériques importants en 25(OH) D sont associés à un plus faible ratio Masse Grasse/Masse Maigre et un moindre tour de taille. En revanche, aucune association n’est notée ni avec la masse maigre, ni avec la distribution de la graisse corporelle (androïde ou gynoïde).

 

 

La présence d’une maladie cardio-métabolique annule la relation

 

Lorsque la présence d’une maladie cardio-métabolique est prise en compte, l’association entre un faible taux de 25(OH) D et un pourcentage plus élevé de graisse corporelle n’est plus observée. S’appuyant sur des études précédentes, les auteurs supposent que les sujets avec maladie cardio-métabolique ont pu modifier leur style de vie suite au diagnostic (perdre du poids, améliorer leur statut en vitamine D) ou que l’inflammation associée a pu augmenter la clairance de la vitamine D, diluant ainsi sa relation avec la masse grasse. Enfin, une association inverse est observée entre le statut en vitamine D et l’IMC mais uniquement chez les sujets présentant un syndrome métabolique. Une observation que les chercheurs ne peuvent pas encore expliquer.

 

Les auteurs concluent que de faibles taux sériques de 25(OH)D sont associés à un pourcentage plus élevé de masse grasse. Concernant la distribution des graisses, dans cette population âgée, celle-ci dépend davantage de l’IMC que du statut en vitamine D. Pour expliquer leurs données, les auteurs supposent qu’avec l’augmentation du pourcentage de masse grasse, la concentration en 25(OH) D dans la circulation diminue, puisqu’elle est séquestrée dans le tissu adipeux ou elle pourrait favoriser sa formation. Ceci empêche la constitution de stocks fonctionnels de 25(OH) D dans le muscle squelettique, contribuant encore à la formation d’une composition corporelle défavorable. 

 

 

Source : Vitamin D and body composition in the elderly. Vitezova A, Muka T, Zillikens MC, Voortman T, Uitterlinden AG, Hofman A, Rivadeneira F, Kiefte-de Jong JC, Franco OH. Clin Nutr. 2016 May 14. pii: S0261-5614(16)30050-4. http://dx.doi.org/10.1016/j.clnu.2016.04.017

AUTRE(S) ARTICLE(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE

Autres articles  

VIDÉO(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE Previous Next