Nutrition Préventive - Isio 4

Nutrition et prévention : Actualités scientifiques Diversification alimentaire : existe-t-il une fenêtre d’opportunité ?

Diversification alimentaire : existe-t-il une fenêtre d’opportunité ?

Les nouvelles recommandations européennes sur la diversification alimentaire chez le jeune enfant, reprises récemment par l’ESPGHAN (European Society for Paediatric Gastroenterology Hepatology and Nutrition) intègrent, entre autres, une mention sur l’introduction des aliments de compléments entre 4 et 6 mois (pas avant ni après) afin de prévenir les risques d’allergie. Mais sur quelles bases scientifiques cette fenêtre d’opportunité se fonde-t-elle ? C’est la question posée par Christophe Dupont à l’occasion du Dietecom.

Reprenant l’évolution courante des symptômes de l’allergie chez l’enfant, il explique qu’ils atteignent un pic entre 6 et 7 mois d’âge, puis la dermatite atopique ainsi que l’asthme et l’allergie respiratoire diminuent après 7 mois. La marche allergique se déroule sur environ 15 ans. A la question de savoir s’il existe une fenêtre d’opportunité qui résoudrait tous ces problèmes, il répond « non ».

« Cette fenêtre dont tout le monde parle est fausse », affirme-t-il. L’augmentation possible du risque d’eczéma ou d’allergies lorsque la diversification est retardée au-delà de 6–7 mois a conduit Prescott et al. à proposer l’existence d’une fenêtre d’opportunité. « Cependant, à ce jour aucune étude randomisée n’a démontré que l’introduction d’un aliment après l’âge de 6 mois augmente le risque d’apparition d’une allergie à cet aliment ». Dans le cas du gluten, deux études de qualité, publiées en 2014 (l’une italienne et l’autre européenne) ont montré qu’introduire précocement du gluten (entre 16 et 24 semaines d’âge), ne réduit pas le risque de maladie cœliaque ni ne l’augmente.

Dans le cas de l’allergie à l’arachide, très fréquente aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, « les recommandations d’introduction de l’arachide entre 4 et 12 mois sont basées sur une étude biaisée, l’étude LEAP ». Celle-ci semblait démontrer une réduction d’un facteur 5 de l’allergie à l’arachide à l’âge de 5 ans lorsque l’arachide était introduite précocement (entre 4 et 11 mois) chez des enfants à haut risque (eczéma sévère, allergie à l’œuf). Toutefois, « l’analyse fine des données révèle qu’un quart des enfants intégrés dans cette étude d’intervention étaient déjà allergiques à l’arachide avant l’âge de 4 mois ». Un groupe de travail a quand même modifié les recommandations pour conseiller aux parents d’enfants avec eczéma de commencer l’arachide dès 4 mois. Or, aujourd’hui, plusieurs chercheurs s’inquiètent de voir apparaitre des problèmes suite à ces recommandations insuffisamment fondées. Des chercheurs australiens craignent aussi qu’en ne s’intéressant qu’aux enfants avec eczéma précoce et/ou allergie à l’œuf, on ne détecte pas l’ensemble des enfants à risque d’allergie à l’arachide ou que l’on impose un suivi clinique inutile à des enfants dont les tests cutanés aux IgE auront été positifs. Christophe Dupont explique, en effet, qu’un environnement riche en allergènes peut créer une sensibilisation par voie cutanée, en particulier en cas de développement précoce d’une dermatite atopique. Par ailleurs, on sait qu’il existe des polymorphismes génétiques rendant la peau des enfants plus perméable aux allergènes. Pour lui, l’introduction de l’arachide ne devrait pas avoir lieu avant 7 à 8 mois ce qui resterait cohérent avec les recommandations de l’OMS de pratiquer un allaitement exclusif jusqu’aux 6 mois de l’enfant.

La diversification alimentaire, nécessaire à 6 mois en raison du besoin en fer du nourrisson (car le lait maternel ne contient pas de fer), devrait se faire sereinement et l’on ne devrait pas promettre une prévention des risques allergiques sans qu’elle ne soit fondée scientifiquement.

« Nouveaux codes de la diversification alimentaire » - Pr Christophe DUPONT. Dietecom 23 et 24 mars – Paris. https://www.dietecom.com

C. Costa, Cahiers de nutrition et de diététique, 2017, 52, p 114, © Société Française de Nutrition / Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Pour recevoir la lettre d'information
mensuelle Nutrition et Prévention
Pour vous abonner aux Cahiers
de nutrition et de diététique