Nutrition Préventive - Isio 4

Nutrition et prévention : Actualités scientifiques Les obèses « métaboliquement sains » sont quand même à risque cardiovasculaire

Les obèses « métaboliquement sains » sont quand même à risque cardiovasculaire

Une étude britannique présentée au Congrès européen sur l’obésité met fin au mythe de l’obèse « métaboliquement sain » et rapporte que ces sujets présentent un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires que les sujets de poids normal.

Pour rappel, les personnes obèses dites « métaboliquement saines » sont cliniquement obèses avec un indice de masse corporelle supérieur à 30kg/m2, mais ne présentent pas les complications métaboliques habituellement associées à l’obésité (dyslipidémies, intolérance au glucose, diabète de type 2, hypertension artérielle). Cependant, leur vulnérabilité cardiovasculaire n’a pas été exclue, faute d’une définition claire de ce qu’est la santé métabolique, de l’existence de facteurs de confusion ou de cohorte de population suffisante.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont pris en compte ces trois contraintes et ont utilisé les enregistrements électroniques de la base de données de santé The Health Improvement Network (THIN) du Royaume-Uni entre 1995 et 2015 pour constituer une cohorte de 3,5 millions de sujets de 18 ans et plus, sans maladie cardiovasculaire au départ. Pour déterminer la santé métabolique des sujets, l’échantillon a été séparé en groupes selon leur IMC et la présence ou non de 3 anomalies métaboliques (diabète, hypertension artérielle et dyslipidémie) pour constituer un score métabolique entre 0 et 3. Pour être classé en « obèses métaboliquement sains », les sujets devaient ne présenter aucune anomalie métabolique. Le risque de développer quatre maladies cardiovasculaires — maladie coronarienne, maladie vasculaire cérébrale, insuffisance cardiaque et maladie vasculaire périphérique — a été recherché pour chaque groupe de sujets.

Les auteurs ont constaté que, comparativement à des personnes de poids normal et sans anomalie métabolique, les individus obèses « métaboliquement sains » présentent un risque accru de maladie coronarienne (+50 %), un risque augmenté de maladie cérébrovasculaire (+7 %), un risque doublé d’insuffisance cardiaque (tous statistiquement significatifs) et à l’inverse un moindre risque (−9 %) de maladie vasculaire périphérique. Cependant, cette dernière donnée n’est pas confirmée lorsque les sujets fumeurs sont exclus de l’analyse. Les sujets obèses « métaboliquement sains » non-fumeurs présentent alors un risque significativement augmenté de 11 % de développer une maladie vasculaire périphérique.

L’analyse a également confirmé que le risque d’événements cardiovasculaire chez les personnes obèses augmente avec le nombre d’anomalies métaboliquesprésentes. Par exemple, par rapport à une personne de poids normal et sans anomalie métabolique, une personne obèse avec 3 anomalies métaboliques à un risque augmenté d’un facteur 2,6 de maladie coronarienne, un risque de maladie cérébrovasculaire augmenté de 58 %, un risque d’insuffisance cardiaque multiplié par 3,8, et un risque doublé de maladie vasculaire périphérique.

Pour le Dr Caleyachetty, coordinateur de l’étude, ces résultats montrent que les personnes obèses métaboliquement saines présentent aussi un risque plus élevé de maladie coronarienne, de maladie cérébrale et d’insuffisance cardiaque. « La priorité des professionnels de la santé devrait être de promouvoir et de faciliter la perte de poids chez les personnes obèses, quelle que soit la présence ou non d’anomalies métaboliques ». Il ajoute qu’on devrait arrêter d’utiliser les termes de « métaboliquement sain » pour décrire une personne obèse sans complications métaboliques.

Study of 3.5 million people shows ‘‘healthy’’ obese people are still at higher risk of cardiovascular disease events than the general population. Dr Rishi Caleyachetty. European Congress on Obesity 17—20 mai 2017, Portugal.

C. Costa, Cahiers de nutrition et de diététique, 2017, 52, p 167, © Société Française de Nutrition / Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Pour recevoir la lettre d'information
mensuelle Nutrition et Prévention
Pour vous abonner aux Cahiers
de nutrition et de diététique