Nutrition Préventive - Isio 4

Thématiques santé Santé cardiovasculaire Matières grasses et maladies cardiovasculaires : l’American Heart Association affine ses recommandations

Santé cardiovasculaire

Matières grasses et maladies cardiovasculaires : l’American Heart Association affine ses recommandations

S’appuyant sur une revue des dernières études scientifiques, l’American Heart Association recommande de substituer les graisses saturées par des graisses poly et mono-insaturées afin de réduire l’incidence des maladies cardiovasculaires.

 

Les maladies cardiovasculaires sont responsables de 17.3 millions de décès mondiaux par an. En 2013, elles comptaient pour un tiers des causes de décès. Depuis 1961, l’American Heart Association (AHA) recommande de réduire les consommations de graisses saturées pour diminuer l’incidence des maladies cardiovasculaires. Mais ces dernières années, des données scientifiques discordantes ont semé la confusion sur la relation entre les graisses saturées et le risque de maladies cardiovasculaires. En cause, l’absence de prise en compte des macronutriments se substituant aux graisses saturées. Dans une importante revue de littérature, l’AHA analyse et discute des méthodologies et de l’interprétation des résultats de ces études.

 

Sept arguments en faveur de la substitution des graisses saturées

 

Cette analyse permet à l’AHA de fournir 7 arguments en faveur de ses recommandations :

 

  • Les essais cliniques randomisés montrent que lorsque des graisses polyinsaturées provenant des huiles végétales remplacent les graisses saturées provenant des produits laitiers et des viandes, le risque de maladie cardiovasculaire diminue d’environ 30%, comme ce qui est obtenu avec les statines ;
  • Réduire la consommation totale de graisses, dont celles saturées, et les remplacer par des glucides raffinés ou des sucres ne prévient pas l’incidence des maladies coronariennes ni des maladies cardiovasculaires (ce qui pourrait ne pas être le cas avec des glucides complexes) ;
  • Plusieurs études d’observation de populations montrent qu’une plus faible consommation de graisses saturées couplée à une consommation plus élevée de graisses poly et mono-insaturées est associé à une plus faible incidence des maladies cardiovasculaires et de la mortalité toute cause ;
  • Les graisses saturées augmentent le cholestérol-LDL, un facteur de risque majeur d'athérosclérose et de maladies cardiovasculaires, tandis que leur substitution par des graisses poly ou mono-insaturées diminue le cholestérol-LDL ;
  • Remplacer les graisses saturées par des graisses poly ou mono-insaturées abaisse les taux de triglycérides sanguins, un biomarqueur indépendant du risque de maladies cardiovasculaires ;
  • La substitution des graisses saturées par des graisses polyinsaturées prévient l’athérosclérose et lui permet de régresser chez les primates non-humains ;
  • Dans l'ensemble, les preuves scientifiques soutiennent un effet un peu plus marqué des graisses polyinsaturées des huiles végétales (principalement n-6, acide linoléique) sur la réduction des maladies cardiovasculaires que celui des graisses mono-insaturées (principalement l'acide oléique), lorsqu’elles remplacent les graisses saturées.

 

Une substitution au sein d’une alimentation équilibrée

 

Pour les membres de l’AHA, les preuves se sont accumulées au cours des dernières années pour confirmer leurs recommandations émises de longue date sur l’intérêt de substituer les graisses saturées par des graisses poly et mono-insaturées pour baisser l'incidence des maladies cardiovasculaires. Ils ne recommandent ni la réduction des consommations totales de matières grasses, ni un objectif d’apport total en matière grasses. En revanche, ils estiment que la substitution des graisses saturées par leur équivalent insaturées devrait se produire au sein d’un schéma alimentaire globalement sain, comme le régime DASH (Dietary Approaches to Stop Hypertension) ou l’alimentation méditerranéenne.  En cela, ils sont en accord avec les nouvelles recommandations nutritionnelles américaines.

 

Source : Dietary Fats and Cardiovascular Disease: A Presidential Advisory From the American Heart Association. Sacks FM et coll. Circulation. 2017 Jul 18;136(3):e1-e23.

 

http://circ.ahajournals.org/content/136/3/e1  

AUTRE(S) ARTICLE(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE
VIDÉO(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE Previous Next