Nutrition Préventive - Isio 4

Thématiques santé Santé cardiovasculaire Progression des connaissances sur le rôle des graisses alimentaires dans la prévention des maladies cardiovasculaires

Santé cardiovasculaire

Progression des connaissances sur le rôle des graisses alimentaires dans la prévention des maladies cardiovasculaires

Une récente revue de la littérature sur la relation entre les graisses alimentaires et le risque cardiovasculaire pointe le rôle de la qualité des acides gras du régime plutôt que leur quantité

Les graisses alimentaires sont un élément important dans la prévention des maladies cardiovasculaires. Cette interaction fait l’objet de recherches depuis plus de 60 ans. Toutefois, de nouvelles publications ont remis en question certaines connaissances considérées comme acquises, créant la confusion dans l’esprit des consommateurs (Harcombe Z et coll., 2015, Ramsden CE et coll., 2016). Des chercheurs hollandais ont donc décidé de faire le point sur la relation entre les graisses alimentaires et le risque cardiovasculaire en incluant dans leur analyse les études les plus récentes et en s’intéressant aussi aux effets sur la fonction endothéliale, la pression artérielle, le métabolisme du glucose, la sensibilité à l’insuline et le risque de diabète, en tant que facteurs de risque cardio-vasculaire. Leur revue de synthèse a été publiée dans Current Cardiology Reports fin 2016.

  

Effets des principales classes d’acides gras sur le risque cardiovasculaire

Pour étudier l’effet des différentes catégories d’acides gras, des substitutions de leur apport énergétique par d’autres macronutriments sont classiquement réalisées (autres acides gras, protéines, glucides). Les études prospectives ont permis d’observer que le remplacement partiel des acides gras saturés par des acides gras insaturés, en particulier par ceux polyinsaturés améliore le profil lipidique et lipoprotéique sanguin et réduit le risque de coronaropathie (Li Y et coll, 2015 ; Guasch-Ferre et coll., 2015 ; Wang Q et coll., 2016 ; Wang DD et coll., 2016). Une analyse récente des mêmes cohortes ajoute que le remplacement des acides gras saturés par des acides gras mono insaturés est aussi bénéfique (Li Y et coll, 2015). Par ailleurs, indépendamment de l’effet de substitution des graisses saturées, les acides gras polyinsaturés réduisent le risque coronarien, lorsqu’ils sont consommés en grande quantité (Li Y et coll, 2015). Les données des études cliniques randomisées sont cohérentes avec celles des études d’observation et confirment l'intérêt de substituer les acides gras saturés par des acides gras polyinsaturés. Une méta-analyse de 15 essais randomisés estime que la substitution des acides gras saturés par des polyinsaturés réduirait de 24 % le risque d'événement coronarien (Hooper L et coll., 2015).  La substitution par des glucides n'apporterait pas davantage  (Howard BV et coll., 2006)

 

Effets de la substitution des graisses sur d’autres marqueurs du risque cardiovasculaire

  • Pression artérielle et fonction endothéliale

La plupart des données, encore peu nombreuses, suggèrent que substituer les graisses saturées par des graisses mono ou polyinsaturées a des effets bénéfiques mais modestes sur la réduction de la pression artérielle (Appel LJ et coll., 2005 ; Vafeiadou K et coll., 2015).

  • Effet sur le métabolisme du glucose,  l'insuline et le risque de diabète

Les récents essais métaboliques et études de cohorte fournissent des preuves solides que les acides gras insaturés et en particulier les polyinsaturés affectent favorablement le métabolisme du glucose, la sensibilité à l’insuline et réduisent le risque de diabète.  Une méta-analyse  de 102 études estime que la substitution de 5% des acides gras saturés par des acides gras polyinsaturés réduirait de 22% le risque de diabète et de 7% celui de maladie cardio-vasculaire (Imamura et coll., 2016). Plusieurs études ayant mesuré les teneurs plasmatiques en acides gras oméga-6 et oméga-3 chez des sujets, confirment l’existence d’une association inverse entre les taux en ces acides gras et le risque de diabète (Hodge AM et coll., 2007 ; Patel PS et coll., 2010 ; Yary T et coll., 2016 ; Forouhi NG et coll., 2016).

 

 

Effet spécifique des acides gras polyinsaturés sur le risque cardiovasculaire

 

Les preuves des effets bénéfiques de la substitution des graisses saturées par des acides gras polyinsaturés sont largement basées sur l’utilisation des acides gras polyinsaturés d’origine végétale, principalement l’acide linoléique et l’acide alpha-linolénique. Les huiles et aliments végétaux contenant davantage d’acide linoléique que d’acide alpha-linolénique, il est difficile de discriminer l’effet de l’un par rapport à l’autre. Les essais cliniques qui y sont parvenus rapportent un effet similaire de ces deux acides gras sur les lipides et les lipoprotéines sanguins (Lichtenstein AH et coll., 1993 ; Bemelmans WJ et coll., 2002) et sur les évènements cardiovasculaires (Borchgrevink CF et coll., 1966 ; Natvig H et coll., 1968 ; Chowdhury R et coll., 2014). Si plusieurs données rapportent que les oméga-3 à longues chaines sont plus efficaces que les autres familles d’acides gras polyinsaturés sur les marqueurs de risque cardiovasculaire (Kromhout D et coll., 2012 et 2014, Wu JH et coll., 2014), des essais cliniques récents semblent remettre en question l’efficacité d’une supplémentation en prévention secondaire (Galan P et coll., 2010 ; Rauch B et coll., 2010 ; Kromhout D et coll., 2010 ; Bosch J, et coll., 2012).

Les auteurs de la revue concluent que la composition en acides gras du régime plutôt que la quantité totale des graisses est un déterminant important du risque cardiovasculaire. Choisir les bonnes graisses alimentaires au sein d'une approche globale du régime alimentaire et du mode de vie pourrait, selon eux, réduire efficacement le risque de maladies cardiovasculaires ainsi que celui d'autres maladies chroniques, aussi bien chez les patients à risque que dans la population générale.

 

Source : Progressing Insights into the Role of Dietary Fats in the Prevention of Cardiovascular Disease. Zock PL, Blom WA, Nettleton JA, Hornstra G. Curr Cardiol Rep. 2016 Nov;18(11):111. Review. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5030225/

AUTRE(S) ARTICLE(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE
VIDÉO(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE Previous Next