Nutrition Préventive - Isio 4

Thématiques santé Santé de la femme La qualité des graisses alimentaires consommées en milieu de grossesse est associée au diabète gestationnel

Santé de la femme

La qualité des graisses alimentaires consommées en milieu de grossesse est associée au diabète gestationnel

La qualité des graisses alimentaires consommées en milieu de grossesse, évaluée par deux indices, serait révélatrice d’un risque de diabète gestationnel.

Plusieurs études suggèrent qu’un régime alimentaire riche en graisses animales, graisses saturées et en cholestérol consommé avant ou pendant la grossesse pourrait prédisposer à une hyperglycémie et un diabète gestationnel (Bowers K et al., 2012 ; Tovar A et al., 2009 ; Bo S et al., 2001 ; Gonzales-Clemente JM et al., 2007). Mais aucune de ces études n’explore l’effet des différentes classes d’acides gras (saturés, insaturés, oméga-3, oméga-6,…), ni la qualité de l’apport global en graisses.

Partant de ce constat, des chercheurs brésiliens ont voulu tester l’hypothèse d’une association entre la qualité des graisses consommées durant le milieu de grossesse et la survenue d’un diabète gestationnel. Pour cela, ils ont analysé les apports alimentaires de 799 femmes enceintes au milieu de leur grossesse. La qualité de leurs apports en graisses était calculée selon trois indices (athérogénicité, thrombogénicité et effet cholestérolémiant) faisant intervenir le ratio entre les graisses saturées, monoinsaturées et polyinsaturés, et le ratio entre les acides gras hypo- et hypercholestérolémiants. L’impact des ratios oméga 3/oméga 6 et acides gras polyinsaturés/saturés était aussi analysé. Le diagnostic de diabète gestationnel était défini selon les critères de l’American Diabetes Association (2015).

 

La consommation  d’acide alpha-linolénique est associée à un risque réduit de diabète gestationnel

L’analyse révèle que 19 % des femmes (151) présentent un diabète gestationnel. Celles dont les apports en oméga 3 (huiles végétales principalement) et notamment en acide alpha-linolénique (précurseur de la famille des acides gras oméga 3) sont les plus élevés présentent un moindre risque de développer un diabète gestationnel (abaissé de 79% et 85%, respectivement). Aucune autre association entre le risque de diabète gestationnel et les sous-classes d’acides gras (polyinsaturés, saturés, oméga 3, oméga 6) évaluées séparément n’est retrouvée. Cependant, lorsque les acides gras sont considérés sous forme d’indice, prenant en compte leur caractère thrombogène ou hypocholestérolémiant, des associations fortes émergent. Les chercheurs observent alors que le risque de diabète gestationnel est multiplié par 2,6 lorsque l’indice de thrombogénicité des graisses consommées est élevé (présence élevée d’acides gras saturées thrombogènes) tandis qu’il est divisé de plus de la moitié lorsque les acides gras hypocholestérolémiants sont davantage consommés que ceux hypercholestérolémiants.

 

L’indice de qualité des graisses est à privilégier

Ces données soulignent bien l’hypothèse d’une action combinée des différents acides gras sur la réponse métabolique et l’importance de ne pas les considérer de façon isolée mais intégrés à des indices de qualité. Cette étude rapporte également l’existence d’une relation inverse entre les apports en acide alpha-linolénique et le risque de diabète gestationnel et que l’on ne retrouve pas avec les autres acides gras de la famille oméga-3. Des études chez le rongeur et une récente méta-analyse d’études prospectives chez des sujets adultes (hors grossesse) confirment d’ailleurs l’hypothèse d’un effet bénéfique de l’acide alpha-linolénique sur l’insulinosensibilité (Wu JH et al., 2012). S’appuyant sur des études précédentes, les auteurs supposent que la qualité des acides gras consommés durant la grossesse pourrait impacter la sécrétion d’insuline et la sensibilité des tissus à cette hormone. Reste que cette étude, qui identifie une relation entre la qualité des acides gras alimentaires et la présence d’un diabète gestationnel à un moment précis de la grossesse nécessite d’être confirmée par des essais d’intervention randomisés.  

 

Source : Indices of dietary fat quality during midpregnancy is associated with gestational diabetes. Barbieiri P, Nunes JC, Torres AG, Nishimura RY, Zuccolotto DC, Crivellenti LC, Franco LJ, Sartorelli DS. Nutrition. 2016 Jun;32(6):656-61 http://www.nutritionjrnl.com/article/S0899-9007(15)00498-0/abstract

AUTRE(S) ARTICLE(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE
VIDÉO(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE Previous Next