Nutrition Préventive - Isio 4

Thématiques santé Surpoids et obésité La composition en acides gras alimentaires module l’obésité et interagit avec les gènes associés

Surpoids et obésité

La composition en acides gras alimentaires module l’obésité et interagit avec les gènes associés

Deux chercheurs canadiens font le point sur l’impact de la qualité des graisses alimentaires sur l’obésité et sur les gènes qui y sont associés

 

Les données scientifiques suggèrent que la qualité des graisses aurait un impact spécifique sur le développement de l’obésité. Les graisses mono et polyinsaturées n’auraient pas le même effet que les graisses saturées sur les sensations d’appétit et de rassasiement, ainsi que sur la dépense énergétique et l’oxydation des acides gras, (Liu X 2016 ; Piers LS, 2003 ; Alves RD, 2014 ; Krishnan S, 2014 ; Mennella I, 2015 ; Kien CL, 2008). Les effets rapportés concernent :

  • la composition corporelle

Les travaux indiquent des effets différents au sein même de la famille des graisses saturées. Celles à longues chaines augmentent l’adiposité et favorisent l’accumulation des graisses vers les zones viscérales tandis que celles à chaines moyennes (8-12 carbones) augmentent la dépense énergétique, la thermogénèse, l’oxydation des graisses et le rassasiement. Concernant les graisses insaturées, les données indiquent des effets très favorables sur la perte de poids, la perte de masse grasse et sur la distribution corporelle de cette masse grasse, lorsque celles-ci se substituent aux graisses saturées à longues chaines, et en particulier lorsqu’il s’agit de graisses mono-insaturées. 

  • la dépense énergétique

La plupart des études notent une oxydation des graisses et une thermogénèse post-prandiale supérieures après la consommation de graisses insaturées et en particulier mono-insaturées, comparées à ce qui est observé après ingestion de graisses saturées.

  • la consommation énergétique

Des études indiquent que la présence de graisses mono et polyinsaturées dans l’alimentation peut moduler les signaux de la satiété (réduction de la ghréline post-prandiale et augmentation du neuropeptide YY et de la cholecystokinine) et donc potentiellement la consommation énergétique, comparé à celle de graisses saturées. Trois études récentes rapportent aussi que l’acide oléique diminue l’appétit et l’apport énergétique en stimulant la sécrétion d’oléoylethanolamide, un dérivé d’acides gras impliqué dans le contrôle de la prise alimentaire, dans la régulation du poids et dans le circuit de la récompense.

  • les gènes associés à l’obésité

Les chercheurs ont constaté que la qualité des graisses alimentaires module l’expression des gènes impliqués dans le métabolisme des acides gras, dans l'adipogenèse et dans le système endocannabinoïde. Les graisses saturées agissent différemment sur les gènes de l’adipogénèse et de la lipogénèse selon la longueur de leur chaine, les chaines longues étant les plus défavorables. Quant aux graisses insaturées, elles ont une action favorable en inhibant les gènes de la biosynthèse des acides gras et en stimulant les gènes de leur oxydation. L’effet des acides gras polyinsaturés est en particulier bien documenté. Les données sont en faveur d’une augmentation dans le régime occidental des apports en oméga-3, qui moduleraient la lipogénèse et ont des propriétés anti-inflammatoires, parallèle à une réduction des apports en oméga-6.

Pour les chercheurs, l’ensemble de ces données suggère bien que la qualité des graisses consommées influence le dépôt et la distribution des graisses dans l’organisme. Cet effet est en partie lié à leur action sur l’expression des gènes de l’adipogénèse et de la lipogénèse, via des modifications génétiques, voire épigénétiques. Les données actuelles, bien qu’encore insuffisantes, plaident pour une augmentation des consommations d’acides gras insaturés (en particulier mono-insaturés) en substitution des acides gras saturés et d’un rapport équilibré en acides gras polyinsaturés n-3/n-6. Les proportions optimales restent encore à définir.

 

Source : Dietary Fatty Acid Composition Modulates Obesity and Interacts with Obesity-Related Genes. Hammad SS, Jones PJ. Lipids. 2017 Sep 9. https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs11745-017-4291-9

AUTRE(S) ARTICLE(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE

Autres articles  

VIDÉO(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE Previous Next