Nutrition Préventive - Isio 4

Thématiques santé Vieillissement Etat des lieux de la consommation des personnes âgées

Vieillissement

Etat des lieux de la consommation des personnes âgées

Outre les situations de dénutrition sévère, les personnes âgées sont sujettes aux déficiences vitaminiques et minérales. Or, des apports nutritionnels insatisfaisants, même légers, peuvent fragiliser la personne âgée.

  

Les données concernant la consommation des personnes âgées sont souvent délicates à obtenir : les études chez les seniors sont en effet moins nombreuses que chez les adultes, voire inexistantes au-delà de 80 ans. Toutefois, des inadéquations entre besoins et apports sont assez souvent relevées

 

Une consommation de protéines à surveiller  

 

Les données sont insuffisantes pour conclure quant à la différence entre les besoins en protéines des personnes âgées et des adultes plus jeunes. Toutefois il convient d’apporter au moins la même quantité de protéines au-delà de 60 ans qu’avant. En effet, même si certaines personnes âgées peuvent avoir des besoins inférieurs dus à une plus grande sédentarité, il est important de prévenir la fonte musculaire qui s’accélère après 60 ans(1).

 

Trop de graisses saturées

 

En ce qui concerne les lipides, la population âgée consomme de manière générale trop d'acides gras saturés(2), sans doute au détriment des acides gras insaturés (en effet la consommation en lipides est à 33 % de l’AESA, soit en-dessous des recommandations qui sont à 35-40% de l’AESA). Les personnes âgées étant à risque de carences en oméga 3 et 6, et ces carences pouvant avoir des conséquences diverses sur la santé, leurs apports sont à surveiller. En savoir plus.

 

Hydratation insuffisante 

 

Les mécanismes de régulation hydrique sont moins bien assurés chez les personnes âgées, ce qui entraîne une moindre compensation des déficits en eau. De plus elles ressentent moins la soif et sont donc plus à risque de déshydratation. Il a été observé que les personnes âgées ont une consommation en eau inférieure à celles des adultes plus jeunes alors que les apports recommandés sont les mêmes(3).

 

Zinc et Magnésium à surveiller 

 

Par ailleurs, les personnes âgées présentent des déficiences vitaminiques ou minérales fréquentes : les Apports Nutritionnels Conseillés en magnésium, par exemple, validés à 420 mg/j chez les hommes et 360 mg/j chez les femmes(4), ne sont en moyenne pas atteints(2).

 

D'autre part, si les sujets âgés présentent rarement un déficit en zinc, les déficiences sont importantes chez les sujets institutionnalisés. Elles sont aggravées en cas de prescription de supplémentation en fer, courante chez les personnes âgées, qui diminue la biodisponibilité du zinc. Or des déficiences modérées en zinc peuvent conduire à des phénomènes d'agueusie, voire d'anorexie. Intervenant comme cofacteur dans de nombreuses réactions enzymatiques, le zinc agit également sur le système immunitaire(4).

 

Carences en Calcium et Vitamine D 

 

Les apports en calcium et vitamine D sont très insuffisants, puisqu'ils ne couvrent respectivement que 60 % et 25 % des ANC. Si l'on ajoute à ce constat la diminution de l'absorption intestinale du calcium et une production cutanée moins efficace de la vitamine D, ces données concourent à une stimulation de la sécrétion de la PTH (la parathormone) qui vient aggraver la perte osseuse et le risque de fracture.

 

Certaines vitamines B en quantité insuffisante 

 

Un déficit en un certain nombre de vitamines du groupe B a été observé :

  • La prévalence de la déficience en thiamine (vitamine B1) varie beaucoup (5 à 70 %). Les sujets en carence sont essentiellement des sujets dénutris ou consommateurs d'alcool(4).
  • 22 % des sujets âgés présentent un déficit en vitamine B6(5). Ce déficit est étroitement lié à un apport insuffisant en protéines.
  • La déficience en folates (vitamine B9) est très fréquente chez les sujets âgés institutionnalisés.
  • 24 % des sujets âgés présentent un déficit modéré en vitamine B12, en grande partie expliqué par un déficit d'apport alimentaire et par la prévalence de la gastrite atrophique(4).

 

Pas assez de fibres 

 

Enfin, bien qu'il existe peu de données chez le sujet âgé, il a été noté que la consommation de fibres est inversement corrélée à la fonction masticatoire et donc à l'état de la dentition. Ceci contribue sûrement à la prévalence élevée de la constipation dans cette population (25 % chez l'homme et 35 % chez la femme)(4).

 

En savoir plus sur comment pallier ces carences 

 

Références :

 

(1) Kyle UG, Genton L, Hans D, Karsegard L, Slosman DO, Pichard C. Age-related differences in fat-free mass, skeletal muscle, body cell mass and fat mass between 18 and 94 years. Eur J Clin Nutr. 2001 Aug;55(8):663-72

(2) Etude Individuelle Nationale des Consommations Alimentaires (INCA 3). ANSES 2014-2015

(3) EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition, and Allergies (NDA). Scientific Opinion on Dietary Reference Values for water. European Food Safety Authority (EFSA)

(4) Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (France).  Apports nutritionnels conseillés pour la population française. 3e ed.  Paris : Tech&Doc ; 2001 

(5) Blumberg J. Nutritional needs of seniors. J Am Coll Nutr 1997 ; 16 :517-523

AUTRE(S) ARTICLE(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE

Autres articles  

VIDÉO(S) SUR LA MÊME THÉMATIQUE Previous Next